Serge et Catherine, Provence (Vaucluse)

Présentez-nous votre exploitation.

Notre exploitation est composée de 8 hectares de vignes ( moitié raisin de table, moitié raisin de cuve), de 2,5 hectares de cerisiers, d’oliviers et d’une centaine de ruches.

Pourquoi avez-vous choisi d’être agriculteur?

« C’est la vie » !

Quelles raisons vous ont conduit à passer en en agriculture biologique ?

Nous avons toujours eu conscience que tous les produits chimiques utilisés en agriculture
« conventionnelle » n’étaient bons ni pour la nature, ni pour l’homme. Depuis quelques années nous avions supprimé presque tous les intrants chimiques. Le passage à l’agriculture biologique était la suite logique.

Comment s’est passée la période de conversion ? (les étapes, les difficultés, le regard des autres, la commercialisation…)

Aucune difficulté majeure, la transition s’ est faite naturellement pour nous ; par contre, certains paysans de la commune étaient sceptiques, voire méfiants… ce n’est plus le cas maintenant. Pour la commercialisation, j’ai pris contact avec ProNatura par l’intermédiaire d’une personne qui travaillait déjà avec cette structure.

Parlez-nous de ce que l’agriculture biologique a changé pour vous, dans vos pratiques, dans votre façon de penser, dans votre vie.

NR.

A quoi êtes-vous particulièrement attentif dans votre activité ? (sol, biodiversité, auxiliaires…) ? Pourquoi ?

Il faut être attentif à tout .
Au sol car il est le support des cultures ; à la biodiversité dans et autour des parcelles,aux auxiliaires car ils sont un atout majeur. J’ attache un intérêt particulier à n’intervenir sur les parcelles qu’en cas de nécessité absolue.

Qu’attendez-vous des consommateurs ? Quels retours attendez-vous du consommateur et par quel biais ?

Qu’ils se régalent avec nos produits,  et si certain d’entre eux veulent en savoir plus qu’il puissent nous contacter.