Lilian et Gérald, Provence (Vaucluse)

Lilian et Gérald, Provence (Vaucluse)

Présentez-nous votre exploitation.

C’est une exploitation que nous tenons mon frère et moi où on cultive des légumes (tomates anciennes…) et des fruits.

Pourquoi avez-vous choisi d’être agriculteur?

Pour reprendre l’exploitation familiale, pour la qualité de vie et pour l’agriculture biologique surtout.

Quelles raisons vous ont conduit à passer en agriculture biologique ?

Pour avoir un meilleur débouché, parce que C’EST POSSIBLE DE PRODUIRE SANS PRODUITS CHIMIQUES ET DÉSHERBANTS, comme beaucoup de paysans en doutent encore, sinon je n’aurai pas été agriculteur.

Comment s’est passée la période de conversion ? (les étapes, les difficultés, le regard des autres, la commercialisation…)

Je suis encore en conversion en arboriculture ; c’est très difficile. C’est un gros investissement, et j’avais une connaissance insuffisante en arboriculte au début,  comme c’était le cas en maraîchage quand on a commencé en 2001. On en a appris et on en apprend encore, heureusement.

Parlez-nous de ce que l’agriculture biologique a changé pour vous, dans vos pratiques, dans votre façon de penser, dans votre vie.

Il faut moins de travail lourd du sol, une surveillance beaucoup plus accrue qu’en agriculture conventionnelle : comprendre les difficulttés pour mieux y faire face de suite, ou dans un an, ou deux ou trois…. Il n’y a pas de solution de rattrapage comme par exemple la tavelure sur pomme

A quoi êtes-vous particulièrement attentif dans votre activité ? (sol, biodiversité, auxiliaires…) ? Pourquoi ?

Au sol en premier, à l’état sanitaire des végétaux et à leurs comportements.

Qu’attendez-vous des consommateurs ? Quels retours attendez-vous du consommateur et par quel biais ?

Qu’ils disent NON à ces GMS (grandes surfaces) et qu’ils consomment chez leur voisin agriculteur, surtout dans notre région.