Jean-Marie, Provence (Bouches-du-Rhône)

Présentez-nous votre exploitation.

Ce sont 15 hectares d’abricotiers et 15 ha constitués majoritairement de céréales et de légumes de plein champ.

Pourquoi avez-vous choisi d’être agriculteur?

Je n’ ai pas choisi d’être agriculteur, j’ ai choisi d’ètre paysan , et depuis le temps j’ ai
oublié pourquoi.

Quelles raisons vous ont conduit à passer en en agriculture biologique ?

Depuis de nombreuses années, je conduisais mes vergers sans engrais ni desherbants, et
avec un minimum de produits de traitements. De fait, le passage en bio s’ est imposé
naturellement.

Comment s’est passée la période de conversion ? (les étapes, les difficultés, le regard des autres, la commercialisation…)

Je n’ai pas rencontré de difficulté particulière autre que la commercialisation.

 Parlez-nous de ce que l’agriculture biologique a changé pour vous, dans vos pratiques, dans votre façon de penser, dans votre vie.

La bio n’ a rien changé pour nous, car notre prise de conscience suffisamment
ancienne de l’ineptie de nos pratiques conventionnelles, nous avait fait réfléchir à bien des
aspects de notre mode de vie, tant professionnels que privés, en nous conduisant à des
changements de comportements très importants…( suppression des engrais, des herbicides,
du labour, et de la télévision ! … ).

A quoi êtes-vous particulièrement attentif dans votre activité ? (sol, biodiversité, auxiliaires…) ? Pourquoi ?

A tout. Parce que cela va de soi.

Qu’attendez-vous des consommateurs ? Quels retours attendez-vous du consommateur et par quel biais ?

Qu’ils comprennent que l’agriculture bio garantit aussi un cadre de vie sain et agréable poour les riverains, et plus largement pour la nature.