Jean Jacques, Provence (Bouches-du-Rhône)

Jean Jacques, Provence (Bouches-du-Rhône)

Présentez-nous votre exploitation.

C’est une exploitation familiale d’une vingtaine d’hectares, dans un bel environnement.

Pourquoi avez-vous choisi d’être agriculteur?

C’est un choix délibéré, par passion du métier.

Quelles raisons vous ont conduit à passer en en agriculture biologique ?

C’est l’évolution logique d’une exploitation familiale, dans le respect de nos productions et de ceux qui les mangent.

Comment s’est passée la période de conversion ? (les étapes, les difficultés, le regard des autres, la commercialisation…)

C’est difficile au niveau mental (peur de l’échec). L’agriculture conventionnelle par habitude et facilité s’oppose fondamentalement au bio. Les choix que j’ai faits dans mon métier n’ont jamais tenu compte du regard des autres.

Parlez-nous de ce que l’agriculture biologique a changé pour vous, dans vos pratiques, dans votre façon de penser, dans votre vie.

L’agriculture biologique permet de concevoir et peut-être de revenir à une vie plus normale.

A quoi êtes-vous particulièrement attentif dans votre activité ? (sol, biodiversité, auxiliaires…) ? Pourquoi ?

Dans notre région, les sols sont riches (alluvions). Ils ont simplement besoin, comme nous, de repos temporaires. Les auxiliaires et la biodiversité sont les bases de l’agriculture biologique ; la polyculture contribue à cet équilibre.

Qu’attendez-vous des consommateurs ? Quels retours attendez-vous du consommateur et par quel biais ?

La consommation de nos produits permettra de maintenir l’équilibre précaire de la ruralité dans nos villages provençaux.